Le spectacle vivant est de retour

Inutile d’étre grand clerc, nous sortons très éprouvés de la crise que nous venons – souhaitons-le – de traverser.

S’il est un enseignement pourtant qu’il faut en retirer c’est bien qu’il n’est pas bon pour la plupart d’entre nous de vivre sans les autres. Sans la rencontre, la proximité, la présence continue et répétée des autres… en notre seule présence, nous voilà en bien mauvaise compagnie !

Cet élan renouvelé pour ceux qui nous entourent et les autres, l’acb entend l’accompagner voire même le cultiver tout au long de ce nouveau projet et de cette nouvelle saison.

Il faut dire que cette nouvelle saison est marquante à plus d’un titre, elle coïncide également avec l’anniversaire des 30 ans de l’obtention du label de Scène nationale et des 50 ans de l’acb. Autrement dit la saison des 30/50 !

Une nouvelle ère qui coïncide encore avec un nouveau projet. Une scène nationale en résonance, qu’est-ce que cela veut dire ?

Une nouvelle conception de l’art et du faire ensemble. Un art vivant, amoureux d’autre chose que de lui-même, amoureux de la vie, curieux de l’existence, de ses difficultés et de ses possibilités. Et de la joie qu’elle continue de nous procurer. Un art en mesure de nous porter à la rencontre de nous-même et des autres et de ce qui advient, en confiance, autour du Grand Plateau et des 1000 plateaux de l’acb. Nous y reviendrons.

Vous comprendrez pourquoi nous avons voulu malgré les difficultés rendre cette saison exceptionnelle. Elle n’aurait pas été possible sans l’aide renouvelée de nos partenaires publics, qu’ils en soient ici remerciés. De la musique, des grands interprètes, un goût prononcé pour le jeu et en particulier le jeu clown, et, pour cette saison, ce fil rouge en forme de th me et variations autour de l’Amour, avec cette envie qu’il nous donne à tous la possibilité de l’être un peu plus, amoureux de nous et des autres.

Le plateau est un tapis volant, il n’attend plus que vous.

Thierry Bordereau